dimanche 5 octobre 2008

"Orcs" par Stan Nicholls

Maintenant que la grisaille s'est installée, il est plus que temps pour Fantasy au Petit-Déjeuner de se rebooster et de faire une petite cure d'adrénaline. Pour y remédier, la saga "Orcs" de Stan Nicholls, publiée aux éditions Bragelonne, semble un choix de prédilection. Alors, "Zog Zog" ?



Bonne lecture et bon feu de cheminée (pour lutter contre le froid, pas pour y jeter vos bouquins !). Salvek

PS: Mes excuses pour la longueur un peu excessive de la vidéo et les nombreux cafouillages (traduire "Dan Simmons" par "Stan Nicholls" bien sûr !), mais la vidéo a été faite un peu à l'arrache. Désolé ;)

13 commentaires:

kodesh a dit…

Salut salut La Compagnie!! Hé hop ! je peux pas m'empêcher de mettre les pieds dans le plat ! D'autant plus qu'il est gouteux...

Fan des orques ( orthographié q.u.e parce que je suis de langue française) depuis ma tendre enfance ( d'ailleurs j'en suis un ! Heu non... je suis un humain, zut alors ), je ne peu que me réjouir lorsqu'un auteur prends le partis d'écrire une histoire les concernant. En plus il calque dessus le triste destin des Amériendiens (espérons que le lecteur comprenne la leçon !).

Très heureux d'entendre pareil critique de cette saga ! Et là j'ai plus rien a dire parce que je suis complétement daccord ! Oui, c'est une course poursuite sur autoroute-prairie à l'action bien rythmé comme on les aime, avec juste se qu'il faut d'explication pour faire connaissance avec les personnages ( et leur civilisation). Des personnages assez stéréotypés mais tellement bien ammenés que ces stéréotypes ne sont pas génant. Au contraire ils servent le récit et ça c'est de la maitrise. Les autres races sont juste évoquée pendant les rencontres entre la compagnie et les divers représentants de celles-ci, mais là aussi c'est au service du récit et de son rythme parfois haletant...
je ne connais pas tous ces jeux vidéos cités et j'avoue qu'en âge que à moi seul je vaux deux d'jeunes, mais cette saga m'a donné du baume au coeur car :
- on y voit évoluer les races typiques de la fantaisie.
- y est évoqué la question Amériendienne en sous-main.
- On assiste à une course poursuite si bien raconté qu'elle en serait digne de "la poursuite infernale"...
-Mon tout est bien traduit et coule de source sans amicroches !

Bon ben j'arrête là parce que je suis en verve mais il me faut trouver un point final !?

Tien j'ai trouvé : cela fait quelques semaines que je suis les chroniques de "Fanatsy au Petit Déjeuné" et j'en suis enchanté ! Si, si ! Alors merci Salvek pour ces moments des (re) découvertes et longue vie à ton blog et a bientôt j'espère !

Kodesh

Formaldehyde a dit…

Très bonne chronique.
Ca en devient une habitude.

Avec un petit pincement au coeur, Orcs était ma première lecture fantasy. je rajoute le nouveau tome à ma liste d'achat, qui s'agrandit.

Vivement la prochaine vidéo.

Salvek a dit…

Kodesh, merci pour cette analyse poussée du cycle des "Orcs". Avec ce genre de commentaire, les gens ne vont plus avoir d'autre choix que de se ruer chez leurs libraires préférés.
Merci encore pour le soutien et les éloges.

Salvek a dit…

Et Formaldehyde, désolé de te faire rajouter encore d'autres titres sur ta liste d'achat.
Cette façon insidieuse de pousser constamment à l'achat est vraiment nuisible, je suis d'accord. ;)
Bon courage avec ton portefeuille.

El JC a dit…

Tiens, je crois que j'ai vu passer un petit Kodesh...Mais oui c'est bien un petit Kodesh ! ;o)) J'étais sûr de te retrouver ici après avoir vu que Salvek s'était fendu d'une petite présentation de la trilogie orc(orque). Le seul soucis avec vous deux les gars, c'est que mes lectures de SF prennent du retard grâce à toutes vos recommandations Fantasy. C'est un complot hein ? Pour cette fois je serais fort ! Je passe mon chemin pour l'instant, mais je me le note tout de même pour plus tard...

Jonathan Strange a dit…

Voila voila je viens de finir l'intégrale de orcs
(en quatre jours hi hi) et j'ai beaucoup aimé! Tout à fait d'accord avec ton analyse.
Petit bémol tout de même... à par quelques petits détails il n'y a pas vraiment de différences entre humains et orcs mis à part physique; vous voyez ce que je veux dire? Limite si on avait pas précisé leur race on aurait cru avoir affaire à des humains... non?
Je ne dis pas qu'il aurait dû faire une thèse sur la vie et les moeurs des orcs à travers les âges, ce n'est pas le style mais quand même je trouve cela un peu léger.
Mais sinon très bonne série que je conseille fortement!!!
A bientôt
Jonathan Strange

Anonyme a dit…

Bonjour Jonathan Strange et salut vous autres.
Je suis tout a fait d'accord avec toi, Les orques qui sont les héros de ce récit ressemblent, plus a des amérindiens qu'autre chose. Mais pour une fois qu'ils ont un cerveau et s'en servent, je ne vais pas bouder mon plaisir. De plus, ils n'ont rien a avoir avec la version orc ou ork de chez les pustules commerçantes de "workshop" alors là je reprends deux fois des tapas aux herbes, moi !
Sans désir de publicité de ma part, mais juste parce que leur tavail est intéressant :
Pour une version des orques qui restent ces créatures, je conseil de s'intéresser au travail de la société Rackham qui a développé une gamme de figurine pour jeux de plateau et don le monde, ainsi que sa vision des orques est très intelligente.

Grunt a tous !

Kodesh

Salvek a dit…

Ravi que cet explosif cycle de fantasy t'ait plu, Mr Strange.
Et même si certains aspects de nos chers peaux-vertes sont peut-être trop "humanisés", j'avoue que le plaisir ô combien simple de voir des orcs (et un nain) casser la figure à des trolls (et autres petits bras) suffit à mon humble bonheur.
De toute façon y a t-il dans la salle quelqu'un qui oserait prétendre préférer une bande d'elfes efféminées à un seul orc castagneur ? Alors ? Personne ? (air menaçant) C'est bien ce que je pensais ! Longue vie aux peaux-vertes. Grunt !
Et merci à Kodesh de défendre toujours aussi bien cette grande cause qu'est la sauvegarde et la promotion des orcs sauvages ou domestiques. Grunt à toi aussi

Loup, y es-tu ? a dit…

Bon, pour le coup je ne vais peut-être pas me faire que des amis, mais tant pis. Un ami m'avait passé le tome 1 en poche. Et je dois avouer que ce Orcs a été sans aucun doute une des déception de l'année.
Un style beaucoup trop simpliste (sans demander du Proust, y a quand même des limites), une intrigue bêta (mais encore j'aurai pu passer sur ça, si le reste avait été à la hauteur), des personnages caricaturaux au possible, et quitte à surprendre, je m'attendais à plus de violence... Comme souligné précédemment,ces orcs n'ont rien d'orcs. J'espérais des combats sanglants, sauvages, primaires, et les semblants de psychologie et moeurs qui vont avec, mais non, ce ne sont que des humains à la peau verte. Le livre perd alors pas mal de son intérêt.

Je sais que Stan Nicholls n'avait pas cette prétention là, mais le thème aurait pu faire de ce livre un chef d'oeuvre, il y a tellement à exploiter, et il n'en estt rien. Les orcs méritent tellement mieux.

Anonyme a dit…

J'ai lu ce livre il y a quelques années déjà et je dois dire que j'en garde de très bons souvenirs. J'ai d'ailleurs acheter la deuxième trilogie (pas encore entière) de "Orcs" mais j'attends le troisième tome pour la lire.
Loup, y es-tu? Je ne suis pas vraiment d'accord avec toi dans le sens où, bien que ton analyse soit justifiée, je pense que Stan Nicholls voulait donner un caractère humain aux orcs pour changer des grosses brutes sans cervelle que l'on voit partout dès que cela parle d'orcs.
Alors oui, plus de violence aurait été bien (pour un fan de Gemmell, y en a jamais assez:)), je suis entièrement d'accord avec toi. Mais l'auteur voulait probablement montrer que les orcs peuvent aussi faire usage de stratégie guerrière avant de tout massacrer.
Et je rejoins Jonathan Strange pour le côté amérindien.
En bref, je pense que c'est un roman divertissant mais qu'il ne faut pas chercher outre mesure si l'auteur pouvait mettre plus de violence ou faire encore plus le parallèle avec les amérindiens. C'est un livre qui se lit pour l'histoire sans trop réfléchir, pour les bastons et l'action qui ne s'arrête jamais.
A très bientôt, tout le monde.

Oldimir

Loup, y es-tu ? a dit…

@Oldimir: Humaniser un peu les orcs, ok (c'était de toute façon nécessaire pour créer un minimum d'empathie entre le lecteur et ses personnages), les rendre totalement humains (et donc n'avoir plus rien à voir avec des orcs), non. Pas quand le titre des romans s'appelle Orcs et que les protagonistes sont censés être des orcs.

De plus, changer l'image des orcs bêtes comme des pieds ne passait pas forcément par cette trahison totale: ce sont des bêtes sanguinaires, violentes, primaires, ok, mais elles vivent aussi en communautés/hordes, savent commnuniquer, peuvent diriger une compagnie, ont des sentiments, on se doute que les orcs sont assez intelligents pour mettre en place des stratégies guerrières ou de chasse (comme les hommes préhistoriques par exemple). Pas obligé d'en faire totalement des humains pour cela. Car, il faut l'avouer, si ce n'était pas précisé dans le roman, on ne se douterait jamais qu'il s'agit d'orcs, mais juste de soldats humains, un peu rudes certes, mais définitivement humains.

Après la lecture, j'ai eu le sentiment d'avoir été floué. On nous promet de l'orc, et on a de l'humain qui a seulement l'apparence d'orc.
A vrai dire, j'ai même eu l'impression qu'au départ, Stan Nicholls avait écrit son manuscrit avec des hommes comme protagonistes. Puis qu'il s'était aperçu que son roman n'avait rien de bien original: quête classique, style simple, persos un peu stéréotypés... (je n'invente rien, c'est même dit dans la vidéo et les commentaires précédents). Et que d'un coup, il avait eu une idée géniale: faire de ses héros des orcs. Oui l'idée était juste géniale. Alors il a changé "homme" en "orc" quand ça s'imposait, changé le physique, et... c'est tout. En oubliant qu'à changement radical de protagoniste, changement (radical) de psychologie.
Et en laissant son roman dans le même état: sympa, mais banal (et laissant à certains comme moi un arrière-goût d'avoir été floué).

L'intention de Stan Nicholls était honorable, mais ratée à mon goût (ou en tout cas hors sujet). Comme on dit, l'enfer est pavé de bonnes intentions.

Désolé pour un message aussi long et sans doute un peu radical (c'est la déception qui parle, il y avait un tel potentiel que je ne m'en remet pas). Ce n'est pas parce que je n'ai pas aimé que personne ne doit aimé, bien au contraire :p je ne fais qu'exposer mon point de vue (qui traine en longueur je dois l'admettre).
"Orcs" reste néanmoins un roman un peu divertissant, sans prise de tête aucune, et c'est après tout peut-être uniquement ce qu'on lui demandait, j'avais sans doute placé trop d'attente en lui.

Salvek a dit…

Sur le fond, je reste d'accord avec notre cher commentateur quand à la faiblesse dramatique et psychologique de l'ensemble.
Néanmoins, en tant que simple paquet de pop-corn divertissant, "Orcs" remplit honnêtement son office. Ni plus ni moins.

Anonyme a dit…

@Loup, y es-tu? Je suis d'accord avec toi dans le fait que les orcs ne sont peut-être pas assez "orcs" justement, mais c'est un livre qui doit rester du domaine du divertissement et qui ne doit pas aller plus loin.
Il est vrai que j'avais lu Orcs vers 18, 19 ans donc j'ai un peu oublié les détails mais j'en garde néanmoins un excellent souvenir.
Je comprend qu'un lecteur qui ne s'attend pas vraiment à un roman comme ça soit déçu par le côté purement divertissant et ,comme le dit Salvek, par le côté pop-corn.
Il se pourrait donc que tu ais placer trop d'attente en lui effectivement.
Mais bon, tous les livres ne peuvent pas plaire.

Oldimir