dimanche 14 juin 2009

"Majestrum" par Matthew Hughes

Changement radical d'univers pour Fantasy au Petit-Déjeuner cette semaine, avec l'insolite "Majestrum" du canadien Matthew Hughes !
Un roman de science-fiction hors-norme publié discrètement il y a quelques mois de cela aux éditions L'Atalante.
Et si le Futur avait aussi une certaine magie ?



Merci de votre fidélité. Je m'en vais maintenant répondre tardivement à vos commentaires.
Bonne lecture. Salvek

9 commentaires:

Cédric a dit…

Salut à toi !

Super vidéo ! La SF à le droit à son autre pièce en plus ! Et le fantastique alors... bon ce n’est pas grave, peut-être le prochain thriller ailleurs ? La chambre ?

Et pour ce livre... vache, je pense que plus personne va l'acheter :)
D'un autre côté ça me fera économiser de l'argent et j'aurai pensé comme toi sur les extraits que tu nous as lu. Je ne l'aurai sûrement pas fini pour commencer un livre plus intéressant.

Enfin bref, super vidéo. Vivement la prochaine !

Bye

mormegil013 a dit…

Bravo, tu nous montres un livre que je n aurai surement jamais ouvert, bien que j aime aussi la sf? mais comme tu oses dire ce que tu penses de tes lectures, eh bien ca fait plaisir d avoir un livre aussi tranche et j aime l argumentaire developpe a propos des defauts que tu as debusque. Oui tu as raison des raccourcis comme ceux evoques sont bizarres, derangeants, merci, j attends ta prochaine lecture avec impatience

Anonyme a dit…

Comme souvent, le commentaire en révèle autant sur le livre que sur le commentateur. J'ai lu ce livre et j'ai justement beaucoup aimé ce qui est pour vous sont des défauts : ce côté anglais, flegmatique et dédaigneux m'a faire plus que sourire. Un bouquin qui ne touchera qu'une partie de son public SF/Fantasy et que je prête à mes copains les plus cyniques et pince-sans-rire !

El Jc a dit…

Bonjour Salvek,

Bravo belle chronique ! Bon j'aurai préféré personnellement que tu nous parles d'un livre de SF qui t'a plus, mais l'avertissement que tu donnes étant motivé et développé c'est de toute manière fort intéressant pour le lecteur que je suis.

Efelle a dit…

Ca ne fait pas très envie en effet.

Steve a dit…

Ah, enfin une critique où l'on effleure le problème du style, avec extraits à l'appui. J'avais l'intention de me pencher sur ce volume et heureusement vous m'en avez dissuadé.

Salvek a dit…

Il est certain que "Majestrum" est un livre qui m'a laissé de marbre (c'est le moins qu'on puisse dire!). Mais il faut savoir que cette "déception" fut d'autant plus forte que la quatrième de couverture et les premières pages (univers, idées, humour...) m'avaient laissé espérer de bien meilleures choses.
Néanmoins j'ai essayé d'expliquer ce désappointement par une argumentation honnête et réfléchie, à base de citations et d'exemples. Ce qui apparemment a plu à certains lecteurs de ce blog.
Mais j'aurais pu tout autant me limiter à un simple "cassage" en règle bien méchant (et ô combien défoulant). Certains de nos habitués savent bien qu'en moi sommeille un gros rustre bien bourrin au langage châtier.
Dès lors, je suis en droit de me sentir un peu insulté quand je lis dans les commentaires les lignes suivantes :
"Comme souvent, le commentaire en révèle autant sur le livre que sur le commentateur(!!!!). J'ai lu ce livre et j'ai justement beaucoup aimé[...]ce côté anglais, flegmatique et dédaigneux[...]. Un bouquin qui ne touchera qu'une partie de son public SF/Fantasy et que je prête à mes copains les plus cyniques et pince-sans-rire !"
Je veux bien que l'on puisse exprimer des divergences et se retrouver blessé par une critique d'un livre qu'on apprécie.
Mais quand, entre adultes, on émet des critiques, il faut essayer de faire un peu mieux qu'un simple "Moi j'ai aimé!" agrémenté d'allusions pseudo élitistes assez arrogantes. Cela risquerait, Mr Anonyme, d'être mal interprété par un chroniqueur ayant du mal à comprendre et à assimiler le cynisme et l’ironie.
Toutefois, cynisme et flegme sont, ai-je besoin de vous le rappeler, deux types d'humours certes concomitants mais pourtant bien différents. Ne pas aimer l’un ne signifie en rien que l’on apprécie pas l’autre. Pour ce faire, j’ose espérer qu’un jour vous lirez, par exemple, les romans de Joe Abercrombie. Vous verrez alors que le véritable humour noir anglais (sans le flegme du majordome dedans) n'est pas totalement absent de mon catalogue de lecture.
Enfin, il me parait bon de vous rappeler que le dédain n’est en rien une forme d'humour. Si c’est ainsi que vous aimez rigolez, je souhaite bien du courage à vos proches.
Ha, au fait ! Vous serez toujours le bienvenu entre ces pages. Si si. Un peu de confrontation de temps en temps, c’est revigorant, non ?

Anonyme a dit…

Bonsoir,

désolé, je crois que mon expression était un peu rapide, je n'ai eu nul part de critique explicite sur vous ou vos commentaires. J'aurais dû cependant rajouter que cela révèle les goûts du commentateurs. J'avais en effet été étonné de voir que vous remarquiez les mêmes choses que moi mais que c'étaient des défauts à vos yeux, alors que pour moi ce sont des qualités !
Encore une preuve qu'il n'existe pas de livre pouvant possiblement plaire à tous.
J'adore en effet Joe Abercrombie, mais je pense qu'il ne travaille pas dans le même registre que Hughes,sans pouvoir là, maintenant me l'expliquer clairement.

A plus, peut-être


A. nonyme (pas envie de m'inscrire)

Salvek a dit…

A. nonyme, je suis heureux que l'on puisse enfin se comprendre même si nos points de vue diffèrent parfois.
Merci d'avoir expliqué le fond de ta pensée mais de toute façon, en tant que fan d'Abercrombie, tu étais déjà pardonné.
A bientôt j'en suis sûr