dimanche 8 mai 2011

"La triste Histoire des Frères Grossbart" par Jesse Bullington

Retour à la dure réalité en ce quatre-vingt douzième numéro de Fantasy au Petit-Déjeuner. Fini les idylles amoureuses et les extraterrestres prépubères de l’épisode précédent, bienvenue dans un monde de ténèbres et d'horreurs, bienvenue dans l’obscurité médiévale, bienvenue dans cette "Triste Histoire des Frères Grossbart".
Œuvre de Jesse Bullington, cet ovni littéraire, publié chez Eclipse, est tout sauf une ballade dans un champ de pâquerettes. Elle pourrait même vous retourner l'estomac et/ou vous enchanter.
Hommage aux romans picaresques, florilège du meilleur de l'imaginaire médiévale, c'est à coup sûr une lecture dont on sort à la fois sali et extatique (???).



J'espère que cet assemblage étonnant d'horreur, d'humour et de vulgarité aura su vous séduire autant que moi. Bonne lecture. Tudieu !!! Salvek

10 commentaires:

Lord Orkan Von Deck a dit…

Pour le coup, c'est vraiment super dégueulasse. J'ai même l'impression (rien que dans l'extrait que tu nous a lu) qu'il y a en une certaine mesure une référence à Rabelais (même si le torchecul de gargantua ne vaut pas la ville d'Enculbourg !)

Zazon a dit…

Salvek, il est trop fort ! Il serait capable de vendre un frigo à un Inuit.

Loup, y es-tu ? a dit…

J'en avais entendu parler il y a peu de temps, mais il ne m'avait pas tenté plus que ça. Avec ta chronique, cela va peut-être changer.
Qui sait, si cet été j'ai envie de rigoler un bon coup avec un livre crade, irrévérencieux, et vulgaire, je pourrai jeter mon dévolu sur celui-ci.
Allez, je retourne réviser (je suis en pleine semaine d'exams).
A bientôt (si je survis).

Salvek a dit…

Rabelais ! Mais bien sûr ! Comment ai-je pu passer à côté de cette évidente référence.... Pfff, heureusement que y en a certains qui suivent...
Et bon courage pour les exams alors !

El Jc a dit…

Diantre ,o) Je ne t'attendais pas sur ce terrain, ravi de m'être fait surprendre de la sorte.

Anonyme a dit…

hihihi enfin un bouquin alléchant !

Anonyme a dit…

Merci pour cette critique qui tombe bien, j ai deja vu ce bouquin en librairie, j ai hesité un moment a le prendre, mais ton test m a apporte un avis qui m a mis encore plus la puce a l oreille.
J avais lu "Australia underground" suite a ta chronique que j ai beaucoup aime, je viens de lire hier soir et de finir ce matin "hunger games". heureusement tu ne m as pas donne envie de lire "Numero quatre", OUF !
PS: Comment ? t as pas encore lu "la horde du contrevent" ?
A+
Mormegilmarseille.

Brocolyx a dit…

C'est le genre de bonne surprise que j'adore . Ca sent bon le roman frais et qui sort du commun des mortels :) .
Ajouté a ma wishlist , merci a toi .

Anonyme a dit…

AU SECOUUUUR je n'en peux plus d'attendre!!!!!!!!! Crise de manque. A quand le prochain épisode de fantasy au p'tit dej?? Salveeeek, REVIENS!

Loup, y es-tu ? a dit…

J'ai fini par me le procurer. Et je serai moins enthousiaste que toi.
Pas mauvais mais pas incroyable non plus. Trop linéaire, trop répétitif, peut-être trop picaresque et pas assez épique (en tout cas ça manque parfois de souffle, de rythme), et trop de scatologie tue la scatologie(déjà que c'est pas trop mon truc à la base).
Après, le livre en lui-même est très beau, les deux frères sont très marrants à suivre, leur vocabulaire riche et fourni en vulgarités est un plaisir à lire, le travail de traduction (surtout dans les dialogues) est excellent, et certains passages sont vraiment très bien troussés, mais au final ça reste très moyen pour moi.